Test Vivobarefoot Primus Trail FirmGround

Test Vivobarefoot Primus Trail FirmGround de notre spécialiste en biomécanique Fred Brigaud réalisé dans les gorges du Todra au Maroc.

Test Vivobarefoot_Fred_Brigaud_Todra
C’est parti pour une courte sortie en Vivo Primus Trail d’une quinzaine de kilomètres sur les sentiers qui sillonnent les gorges du Todra, point d’origine d’une palmeraie qui serpente sur près de 30 km. Une des plus grandes palmeraies du Maroc située entre Errachidia et Ouarzazate. Les gorges du Todra sont mythiques pour les grimpeurs qui viennent du monde entier gravir ces falaises. Les sentiers qui contournent et surplombent les gorges sont un terrain de jeu idéal pour tester la qualité de cette chaussure. Dans un paysage époustouflant on prend rapidement du dénivelé pour franchir  trois cols successifs  à près de 1900 mètres d’altitude avant de redescendre dans les gorges. Un terrain technique, caillouteux, et encore très sec à cette période de l’année.

map

Durant cette sortie j’ai pu apprécier l’évolution de la chaussure depuis la Vivo Trail Freak, tant au niveau de la forme que dans le choix des matières. On tend progressivement vers une chaussure ‘’comme pieds nus’’. De plus, l’ajout d’un renfort au niveau de l’avant-pied (‘’pare-choc’’) en fait une chaussure de plus en plus typée Trail.

photo-2

Je retiendrais :

  • Une large boite à orteils (toe box) qui permet à l’avant-pied de s’étaler sans contraintes. Notez que pour celles ou ceux dont les pieds sont encore étroits, vous pourrez placer une semelle de propreté qui diminuera cet espace. Tout en sachant pour les débutants que l’arche antérieure du pied s’élargit progressivement avec le temps,un phénomène physiologique qui assure une meilleure répartition de la pression au niveau de l’avant-pied.
  • Une semelle souple qui permet à l’arche antérieure de s’adapter à la forme du terrain offrant ainsi une surface maximale en contact avec le sol. Cette évolution constante de l’arche antérieure du pied entretient la biomécanique du pied. Ainsi, les mouvements physiologiques entre les différentes pièces osseuses qui composent le pied renforcent le système musculaire stabilisateur de la ‘’cheville’’ pour peu que l’on contrôle sa gestuelle. Des mécanismes qui participent à la prévention des entorses.
  • Un laçage plus efficace qui répartit correctement la pression sur le dessus du pied et qu’il est possible de faire évoluer rapidement. Il n’est pas inutile de rappeler que, avec la pratique, la foulée avant-pied autorise un serrage très léger même sur un terrain technique ou en descente.
  • Un renfort au niveau de l’avant-pied qui protège davantage le pied des cailloux si par mégarde on venait à buter contre eux.
  • De nouveaux crampons plus résistants.
  • Un mèche très aéré qui permet de réguler efficacement la température et la transpiration.

Une chaussure qui tient au pied et non qui tient le pied.

photo-3

Quelles utilisations :

  • Pour les sorties courtes ou longues : Cette chaussure ne présente aucun amorti, de fait pour les sorties longues le coureur doit être en mesure de produire une gestuelle de qualité dans la durée et être lucide.
  • Pour l’apprentissage (sortie courte) et le perfectionnement: Un feedback important, souplesse de la semelle, zéro-drop,… Autant d’éléments qui permettent au débutant de la foulée avant-pied ou passant aux chaussures minimalistes d’ajuster sa technique.
  • Pour les Randonnées: Une chaussure agréable pour la randonnée, aérée, qui présente une bonne accroche et permet d’entretenir la biomécanique du pied. Une chaussure légère et souple qui ne prend pas de place dans le sac. Notez que le zéro amorti nécessite un temps d’adaptation physiologique et technique. Une transition nettement plus rapide que pour le passage à la course avant-pied.  La gestuelle va évoluer d’elle-même (longueur de pas, fréquence des pas,…), ainsi que l’architecture du pied. De fait, il est utile d’augmenter progressivement la durée et la longueur des randonnées. N’hésitez pas les premiers temps à emporter  une paire de chaussure présentant une semelle plus épaisse (amorti) si vos pieds ‘’fatiguent’’ et ne se sont pas encore adaptés.
  • Pour les grimpeurs en marche d’approche: Une chaussure légère qui ne prend pas de place, que l’on accroche facilement au baudrier et qui surtout se chausse très facilement. Une chaussure qui tient au pied et accroche à la paroi, idéale pour les descentes en rappel.

 

Une chaussure que j’apprécie particulièrement !

 

Pour aller plus loin :
Guide de la foulée avec prise d’appui avant-pied – nouvelle édition (octobre 2016)
Frédéric Brigaud, Editions Désiris, Chronofocus,

Guide_de_la_foulée

Crédit photo : Valérie Legembre – Frédéric Brigaud
Eadconcept.com

primus_trail_firmground

Vivobarefoot Primus Trail FirmGround

primus_trail_semelle

Vivobarefoot Primus Trail FirmGround_semelle

le

9 réponses

  1. Sylvain dit :

    MErci pour ce test

    qu'en est il de la durée de vie, à ce prix (peu minimaliste) la durée est importante
    Merci

  2. Marchal dit :

    Je suis passée au 0 drop il y un an, très satisfaite de mes Bare Access (Merrel) et je suis tentée d'essayer les Primus …comment taille cette marque ?

  3. sylvain dit :

    Très grand

  4. doxacufax dit :

    Qui des tailles sur ces chaussures ? Merci pour l'article.

  5. cemmiwusex dit :

    On aimerait un test sur le long court, year +1, +2 etc. Merci

    lefoodist

  6. René dit :

    Merci pour l'article! Pour la taille, j'ai tj du prendre une taille au-dessus pour des barefoots de chez Merell pour être confortable, est-ce que pour les Vivabarefoot il en va de même ou alors on peut prendre la taille habituelle?

  7. Riquelme dit :

    Bonjour Fred

    Je cours sur route avec le modèle « route » de vivobarefoot et commence à courir dans l’arrière pays heraultais très sec et caillouteux, la semelle du modelaile trail FG est elle efficace pour atténuer les agressions des cailloux tranchants?!

    • Alex dit :

      Bonjour Riquelme,
      Habitué à courir sur les cailloux héraultais avec diverses chaussures à semelle fines (entre 8 et 11 mm), je ne peux te conseiller qu'un chose: la progressivité.
      La semelle FG de Vivobarefoot est bien assez solide pour résister au "tranchant" des cailloux, tu ne risque pas de la déchirer, par contre tu sens tous les reliefs, et ça peut devenir en effet douloureux sous les têtes des métatarsiens si tu progresses trop vite. Quand j’ai réappris à courir en foulée avant-pied, j’ai été longtemps limité par les mollets. Maintenant, ce sont plutôt les sensations sous la plante du pied qui m’indiquent la distance à ne pas dépasser. Au début, je ne tenais même pas 1 km, j'en suis maintenant à 25 km d’affilée sur les cailloux, ou 45km par semaine (alternance trail / bitume), et ça continue à augmenter tranquillement. Et surtout, le bénéfice est tel pour les genoux que je ne reviendrai jamais en arrière.

      Augmente donc très progressivement les distances selon ton ressenti, ou emporte une paire de chaussures un peu plus amortissantes dans ton sac de trail, pour faire l’échange si des douleurs apparaissent. Et pour rêver, tu peux toujours aller voir des videos de Karim El Hayani courant sur des cailloux…

  8. Alex dit :

    Bonjour,

    Possesseur de 2 paires de Vivobarefoot dont une PrimusTrail FG, je m’étonne que personne n’ait mentionné sur cette page un problème récurrent chez ce constructeur, déjà évoqué par d’autres utilisateurs, et qui décourage même certains magasins à vendre ces chaussures : le manque d’espace en hauteur pour le gros orteil.

    L’avant de la chaussure est quasiment plat, et comme la semelle est assez rigide sous l’avant pied (du moins pour la version FirmGround), si vous avez un pied égyptien avec un gros orteil proéminent, le gros orteil se retrouve quasiment bloqué à plat. À titre d’exemple, à Montpellier, le seul magasin qui propose quelques chaussures plus ou «minimalistes», les a éliminé pour ce détail précis.

    Pour mes Primus Trail, j’ai pris la taille correspondant aux recommendations du constructeur: impossible de courir ou même de trottiner avec. J’ai fini par utiliser un pistolet à chaleur pour matériaux thermoformables, pour déformer le renfort en plastique au dessus du gros orteil et redonner un peu d’espace en hauteur. Ce n’est que comme ça que j’ai pu les utiliser, et encore pas sur de longues descentes.
    Pour mes Tracker FG (pour la rando hivernale), impossible de faire la même opération avec du cuir : j’ai du choisir une taille au dessus. Du coup, elles sont vraiment trop grandes, je ne peux les porter qu’en serrant à fond les lacets au cou de pied et en conservant la semelle thermique amovible, ce qui n’est toujours pas le plus agréable…

    C’est quand même dommage, pour un constructeur qui s’engage intelligemment dans la réflexion autour de la foulée naturelle, d’ignorer ce besoin d’extension des orteils et du gros orteil en particulier, qui facilite la mise en tension des muscles de l’arche plantaire via le «windlass mechanism», et qui optimise ainsi la pose avant-pied. C’est dommage aussi que Fred Brigaud n’en parle pas: si il pouvait user de son influence pour faire bouger les lignes chez Vivobarefoot, tout le monde y gagnerait.

    Et si on veut aller plus loin, même dans le plan frontal, tout n’est pas parfait. Vu de dessous, la semelle semble offrir une forme anatomique généreuse, sans aucune contrainte latérale sur le gros orteil, mais vu de dessus, la toebox se resserre bien plus vite que la semelle. Pour les pieds «égyptiens» où le gros orteil doit pouvoir avancer en ligne droite jusqu’à l’extrémité de la chaussure, c’est limite… On est finalement plus proche de la forme intermédiaire des TG4 de Merrell (avec leur cambrion plantaire inutile) ou des Minimus de New Balance (avec leur drop superflu), que de la forme anatomique parfaite sans aucun contrainte en valgus que l’on retrouve chez Altra (qui ont hélas, de trop épaisses semelles…) ou chez Vibram (mais là, pour courir sur les cailloux héraultais sans jamais cogner les orteils, ç'est de la haute voltige). Pour les pieds grecs, comme d’habitude, ces inconvénients passeront complètement inaperçus.

Laissez un commentaire